Saison 3 de Scandal, un bilan mitigé

Publié le Mis à jour le

Le dernier épisode a été diffusé jeudi 18  avril sur la chaine ABC. Il achève une  troisième saison pour le moins mouvementée, risquée et il faut bien le reconnaitre, qui s’est un peu perdue.scandal

Cela fait déjà quelques mois que l’on a appris que la saison 3 allait être écourtée avec seulement 18 épisodes. Une décision prise en raison de la grossesse de Kerry Washington qui interprète le personnage principal. Une nouvelle qui a dû soulager plus d’un des scénaristes travaillant sur la série. Si à notre époque, tout doit aller vite, la dernière saison de Scandal a défilé en un éclair si bien qu’arriver à la fin, on est bien incapable de se rappeler comment elle avait débuté.

Il est bien loin le temps où la seule menace n’était qu’une pauvre femme enceinte qui menaçait le président des États-Unis d’Amérique (saison 1). Cette saison est dans la continuité de la deuxième, l’envers du pouvoir. Sur les plates bandes d’House of Cards donc et sur fond d’élections présidentielles, Scandal donne à voir du meurtre, de la cruauté, du terrorisme, une organisation secrète d’État impitoyable, des stratégies politiques très douteuses, le tout mélangé avec une pincée d’adultère sur une grosse couche de cynisme. Alors bien sûr, on est loin de s’ennuyer mais on pourrait tout de même regretter quelques monologues pompeux, quelques laïus qui alourdissent une atmosphère déjà bien saturée. Parce que, oui, du bout de notre canapé, les personnages de la série nous accablent parfois un peu trop de leur malheur. Jusqu’à ne plus supporter l’air de chien battu qui ne semble plus quitter le visage d’Olivia Pope, interprétée par Kerry Washington.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On apprécie en revanche la complexité et l’ambiguïté de personnages plus secondaires à l’image de Jake Ballard, à la tête d’un service qui ferait pleurer la ligue des droits de l’homme, de Mellie Grant, la femme vindicative d’un Président qui ne cesse la tromper et enfin de Quinn Perkins, qui passe de cruche peu adroite à une experte de la torture.

Si les enjeux et intrigues politiques semblent parfois un peu trop grands sur les épaules d’une série qui ne se destinait pas à ça, les rebondissements sont toujours efficaces et la série arrive toujours à rester crédible. Une quatrième saison est en préparation avec, espérons-le, un petit retour aux fondamentaux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s