True detective: les raisons d’un succès

Publié le Mis à jour le

True-Detective-HBO-SeriesLes serveurs de la chaine HBO ont explosé pour le final de cette série qui a passionné durant les quelques semaines de sa diffusion. Il faut dire que True Detective avait de quoi rendre le téléspectateur littéralement accro. D’un casting exceptionnel à un cadre mystique, qui sent bon le sexe et le vice en passant par un scénario et une intrigue digne des plus grands thrillers, les vrais détectives ont connu un véritable succès.

Synopsis: En 1995, deux détectives de la police d’Etat sont appelés sur une scène de crime. Ils y découvrent une femme nue agenouillée, ligotée  et coiffée de bois de cerf. Son dos est marqué d’un spirale bleu tandis qu’un étrange totem surplombe le tableau mortuaire. L’histoire est racontée par les deux protagonistes, en 2012, interrogé par deux policiers qui enquêtent eux-même sur un meurtre similaire.

Un duo efficace servi par des acteurs de talent

true-detective-604-tt-width-604-height-340

Le programme ne serait rien sans ses deux personnages principaux, interprétés par Matthew McConaughey, fraichement oscarisé et grimé pour l’occasion, et Woody Harrelson que l’on a pu, entre autre, apprécier dans le blockbuster de l’été Insaisissable.

En apparence, ils sont radicalement opposés, Martin est sociable et habite la ville depuis toujours, Rust est à la limite du mutisme (du moins au début) et vient de débarquer, accablé par un sombre passé. L’un est d’un naturel festif, l’autre vit comme un reclus… La série repose sur la relation que ces deux hommes vont créer, jouant sur leur différence pour rendre compte, finalement, qu’ils sont autant paumé l’un que l’autre.

Un lieu, une atmosphère

L’intrigue se tient en Louisiane, qui pourrait être un personnage à part entière. Les paysages tantôt désertiques tantôt luxuriants accompagnent la quête d’un meurtrier désaxé dans un climat érotique, suant et vicieux. Le Folklore du lieu où le vaudou et l’Église se côtoie renforce l’atmosphère mystique qui se dégage de la série.

Le générique achève d’installer ce décor tout comme celui de True Blood qui joue sur les mêmes ambiances qui caractérisent le sud des États-Unis.

Sans repères

Les différentes temporalités donnent l’impression au téléspectateur d’être sans repères. Les témoignages de Rust et Martin en 2012 sur les événements qui ont commencé en 1995 ne sont pas chronologiques sans compter qu’ils peuvent être parfois totalement mensongers. Au fil des épisodes, certaines séquences déstabilisent car elles ne semblent pas être dans le bon ordre. Le téléspectateur est comme aspiré dans cette descente aux enfers, impuissant, ayant la sensation d’être sous l’effet de drogues.

True Detective, hypnotique et addictif, est devenu sans surprise, un véritable phénomène. Renforcé par la publicité que lui a fait Barack Obama est réclamant les derniers épisodes avant leur diffusion.

Et vous oserez-vous aller à Carcosa et affronter le Yellow King?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s